Publié par Florian Margaine le

Une entreprise détenue par des gens que je connais est en train de développer une webapp. Sujet de la webapp : gestion de projets en ligne. Je leur ai demandé quel type de licence ils allaient établir, et ils m'ont dit que ce serait sous licence propriétaire, avec hébergement gratuit sur leurs serveurs. Soit, je respecte leur choix, mais je souhaite tout de même émettre ma critique à ce sujet. Autant, pour les applications desktop, je ferais pareil (selon le cas). Autant, pour les applications web, je ne suivrais pas ce modèle.

Je parle bien sûr dans le cas où les sources sont écrites dans un langage interprété (PHP, Perl, etc).

Ce qui me dérange le plus dans ce modèle de distribution, c'est vis-à-vis de la demande de la clientèle. Surtout dans un cas de gestion de projet, où des données sensibles peuvent transiter. Dans ce type de cas, il est (à mon avis) essentiel de pouvoir autoriser les clients à héberger la web application sur leurs serveurs.

Dans le cas d'une web application écrite en PHP, la licence la plus appropriée serait une licence libre (du type GPL).

Premièrement, parce que ça permettrait aux clients de pouvoir auditer eux-mêmes la sécurité du code, et donc augmenterait la sécurité du code en général, dû au fait que la communauté pourrait contribuer.
Deuxièmement, parce que ça promouvrait le libre. Toujours ce réflexe de linuxien, désolé.
Enfin, parce que n'importe quelle personne voulant modifier le logiciel pourrait le faire sans l'aide de personne, avec quelques bases en programmation. La personnalisation de ses logiciels est un plus énorme quand il est possible. Le gros souci que j'ai (en vie d'entreprise) vis-à-vis des webapp propriétaires fournies, c'est que la moindre modification demande de contacter le prestataire, d'attendre sa réponse, et parfois de ne pas pouvoir faire la modification (selon l'humeur du prestataire). Dans le cas où un système de plugin est fourni, il est rare que le prestataire fournisse une plateforme de test (c-à-d qui ne tourne pas sur un serveur de production).

Vis-à-vis de l'hébergement gratuit, je n'y vois que des inconvénients.

Déjà, ceux cités ci-dessus. De plus, cela demande au prestataire d'assurer un service optimal. Cela demande un tas d'obligations (faire plusieurs audits par an, etc) qui peuvent se révéler coûteuses.

Personnellement, je livrerais la webapp sous licence libre et gratuite. À côté de ça, je proposerais en effet un hébergement (et support "optimal") payant. Ça permettrait déjà une meilleure rentrée d'argent pour les sites qui sont hébergés, et ça donnerait une meilleure image vis-à-vis des entreprises. Il ne faut pas se leurrer, peu d'entreprises vont se fier à un système gratuit, car ce système n'a aucune obligation vis-à-vis d'eux. De plus, si l'application est téléchargeable gratuitement, n'importe qui pourra tester l'application chez soi, revenir à son entreprise et dire "il nous faut ça!".

En plus de cela, si l'entreprise souhaite héberger le serveur chez eux, il est également possible de vendre un "contrat support", qui n'offre que le support sans hébergement (avec renouvellement annuel, par exemple). En terme financier, ce sera "tout benef" si tout marche bien pour l'entreprise, puisque le seul coût sera celui du support, qui devrait être quasiment nul si la web application marche bien.

Le type de licence peut bien sûr être changé, ce n'est pas vraiment le point important dans cet article. Ce qui me dérange surtout, c'est le fait de fournir un hébergement gratuit, et aucune possibilité d'avoir l'application ailleurs que sur ces serveurs gratuits.

blog comments powered by Disqus